Un jardin facile et fleuri en ayant l'air d'une pro !
Bienvenue !

Planter un arbre : oups!

Planter un arbre : oups!

Vous croyez que ça n’arrive qu’à vous?

Moi aussi j’ai été prise par la folie de planter un arbre. Ca m’a pris un matin d’automne. La maison était grande, le jardin aussi. 3000m2 et déjà une vingtaine de grands chênes de plus de 50 ans. Et de 25m de haut. Mais il y avait aussi des ifs, des charmes ou des cerisiers. Les haies des voisins n’étaient pas entretenues du tout et elles montaient joyeusement à plus de 10 m là où poussaient des frênes. Bref, une grande partie du jardin était ombragée.

Je venais d’emménager cette maison, un merveilleux bébé dans les bras. Ni une ni deux, je me suis dit que j’allais planter un arbre.

J’ai posé deux questions :

  • Quel arbre choisir?
  • Où le planter?

Mon choix s’est porté sur le hêtre. J’avais besoin d’un grand arbre qui tienne le choc près de ses futurs copains chênes. J’avais aussi envie d’un feuillage d’automne, or le hêtre peut être pas mal. J’avais envie de quelque chose de très naturel, un peu sauvage et qui ne ressemble pas à un arbre d’ornement dans un parc. Mais surtout j’ai aimé son vieux sens : celui donné en vieux français : le hêtre est un fou. Et moi, un brin de folie dans le jardin, je n’ai pas pu y résister…planter un arbre

Face aux grands arbres, il me fallait un grand hêtre. Enfin, c’est ce que je pensais. Comme je pouvais me le permettre, j’ai cherché un gros hêtre. Je l’ai cherché chez des pépiniéristes locaux pour faire marcher le commerce local bien non? Et j’ai fini par en trouver un, magnifique, majestueux, imposant, bref, le fou qu’il me fallait.

Je lui trouvais belle allure à ce jeune fou. Et comme on était désormais en hiver, je ne voyais que ses branches qui avaient une belle architecture.

Tralala, je n’avais plus qu’à lui trouver son berceau… Une maison voisine se profilait à l’ouest et j’ai pensé qu’il serait bon de cacher cette maison pour garder l’intimité du jardin. En fait, la maison était loin, mais j’avais besoin d’un prétexte trouver le berceau de mon jeune fou.

Dès qu’il est arrivé, comme une bonne professionnelle, j’ai dirigé un peu l’équipe de gros bras qui était là et hop! Mon arbre était planté ! Planter un arbre? Mais comme c’était facile !

Au printemps, j’ai dû attendre longtemps que l’arbre fasse ses feuilles. Les chênes s’ouvraient déjà, mais le hêtre refusait de débourrer. En fait, les bourgeons restaient désespérément sombres. Mais enfin, ils se sont allongés… ouverts… mais ils restaient sombres! C’est quand les feuilles se sont bien déployées que j’ai enfin compris. J’avais planté un hêtre pourpre.

planter un arbreJe n’aime pas les arbres pourpres. Trop sombres pour moi. Et je voulais des couleurs d’automne. C’est bien triste, mais le pépiniériste n’a jamais voulu le changer. Il m’a juste regardé comme une ahurie.

Mon arbre mal aimé poussait mal. Il restait chétif. Un jardinier voisin est venu le voir. Il a aussitôt levé les yeux au dessus du hêtre et m’a montré le ciel d’un geste sur de lui. Vous voyez le ciel? m’a t-il dit.

Je le voyais, mais si peu, et entre le feuillage de mes chênes. Vous avez planté cet arbre à l’ombre, a t-il continué. Il va avoir du mal…

Ensuite, encore avec un geste volontaire, il m’a montré le sol. Et le couperet est tombé : j’avais planté mon arbre sous les chênes, au beau milieu des racines des chênes. Pas de lumière en haut, pas de nutriment en bas… Mon jeune fou un peu moche était mal barré.

J’ai voulu déplacer mon arbre, mais je ne savais plus où, j’avais beaucoup d’ombre partout. Et là où j’avais du soleil, je ne voulais pas d’un gigantesque arbre sombre toute l’année. J’ai voulu le donner, mais personne n’en voulait. Et puis le transplanter entrainait beaucoup de frais.

Il a fallu que j’abandonne. Mon arbre allait rester là et il devrait se débrouiller.

Hélas, il n’a pas réussi. je n’avais pas essayé les mychorizes je ne savais même pas ce que c’était !

Après quelques années d’agonie, mon arbre n’a plus donné de feuille. Il est mort tristement.

Je l’ai finalement couché et fait brûler par un matin de printemps. Pauvre fou…

Alors pour être sûre de votre coup avant de planter un arbre : 

  • Levez les yeux au ciel pour voir s’il n’y a rien qui pousse au dessus de lui
  • baissez-les vers le sol et imaginez la taille des racines des arbres proches

Pensez que pour bien pousser, votre arbre a besoin d’un maximum de lumière, d’un grand trou de ciel  au dessus de lui et d’une terre dégagée de grosses racines.

Bonne plantation !

1 commentaire

Laisser un commentaire

Et si vous appreniez à faire un jardin?

Et si vous ne voulez pas lire sous le soleil, mais plutôt faire des tas de trucs avec des pelles et des sécateurs, alors vous trouverez tout au long de ce blog des conseils et des astuces. Et vous pourrez vous faire un paysage bien à vous caréné sur mesure. Un vrai jardin quoi. Mais le vôtre!

Vous pourrez même lire au soleil

Sur ce blog vous trouverez des tas de livres sur le jardin. Histoire de ne rien faire et de laisser les herbes pousser tranquille. Vous verrez, un jardin c'est aussi fait pour ça. Bon. Mais comme le truc c'est quand même de faire un jardin, les livres vous donneront plein d'idées!
Lire les articles précédents :
choisir un arbre
Envie d’arbre? Choisir un arbre

Eté de la Saint-Martin dure trois jours et un brin... Chouette ! L'été revient pour trois jours le 11 novembre!...

Fermer