Un jardin facile et fleuri en ayant l'air d'une pro !
Bienvenue !

Fourmillements : faire un trou de plantation

Fourmillements : faire un trou de plantation

Dans votre main, l’aubergine est magnifique. Avant de l’éplucher, vous la contemplez un instant. Vous pensez à ce légume magique, nourri de lumière et de terre. Vous pensez aussi au soleil, aux étoiles et à l’univers. Vous repensez à l’aubergine qui se nourrit de ce soleil, de la position des étoiles et de la terre des jardins. Vous pensez à vos cellules qui puisent dans l’aubergine l’énergie dont elles ont besoin pour vous faire vivre. Et vous pensez alors que vos cellules se nourrissent elles aussi des étoiles, de la lumière et du soleil. Vous comprenez que l’aubergine est un vecteur de communication entre l’univers et l’infiniment petit en vous. Vous pensez que de toute part, vous êtes en communion totale avec l’infini. Le vivant en vous est l’infini. Vous êtes l’infini.

Je suis l’infini avez-vous pensé. Je suis l’infini…

trou de plantation

L’émotion vous monte à la gorge mais bizarrement, vous sentez des fourmillements dans vos doigts, dans votre main puis dans vos bras.

Soudain, sans maîtriser quoi que ce soit, vous posez l’aubergine, arrachez votre tablier de cuisine pour le remplacer par votre tablier de jardin. Vous enfilez vos bottes, nouez votre écharpe. Et dans un temps si incompréhensible que vous croyez avoir enfin basculé dans un saut quantique, vous vous retrouvez dans votre jardin. Une pelle à la main !

Un coup d’oeil au ciel au dessus de vous, un coup d’oeil aux arbres environnants, aux fleurs tout près…

Et puis, là à votre grand surprise, vous enfoncez cette pelle juste sous l’herbe, et hop vous soulevez l’herbe avec ses racines. Et han! vous recommencez! Et han! encore un coup! En un temps record, vous dégagez un espace d’un mètre carré!

Vous avez soigneusement entassé l’herbe avec ses racines – herbe en dessous, racines au dessus. Vous savez instinctivement que le gel transformera ce petit tas d’herbes et de racines en bonne terre d’ici le printemps. Vous n’aurez plus qu’à le ratisser un peu pour enlever quelques herbes qui n’auront pas été décomposées ou quelques grosses racines.

Vous voilà devant votre  joli carré de terre, exempt d’herbe. Et hop! Vous recommencez ! Vous enfoncez votre pelle le plus profond possible et han! vous soulevez le tout et schlack! vous lâchez votre terre en  tas juste à côté. Vous tournez autour de votre carré et hop vous recommencez! En deux temps trois mouvements, vous avez creusé un trou de 40cm de profondeur ! Mais le pire, c’est que vous ne dominez pas du tout la situation. Vous ne contrôlez pas du tout votre pensée ! Et encore moins votre corps qui vous fait faire des choses que vous ne comprenez même pas !

Et pourtant si, vous comprenez. Vous comprenez ce que vous faites comme si vous l’aviez toujours su. Mais vous n’avez pas le temps de réfléchir plus…

Votre pied frappe à nouveau la pelle bêche qui s’enfonce bien profond. Et han ! Vous soulevez cette nouvelle pelletée, mais vous la mettez en tas de l’autre côté du trou. Comme une possédée, vous continuez à creuser jusqu’à ce que votre trou soit nickel. 60/80cm de profondeur. 3 tas de terre. 1 tas avec l’herbe. 1 tas avec la terre du dessus. 1 tas avec la terre du dessous.

Mais pire : vous apercevez d’adorables vers de terre dans votre terre et que faites-vous ? Ah non ! C’est dégoutant ! Vous venez juste d’attraper un ver terre, de lui faire des gouzis gouzis et de le mettre dans le tas d’herbes et de racines ! Vous savez instinctivement que les vers se nourrissent de matière organique en décomposition et qu’ils participent à la création d’une bonne terre.

faire un trou de plantation

Mais d’où vient ce savoir, cette connaissance, ce trouage de trou si parfait?

  • Vous avez soigneusement débarrassé votre espace de plantation de l’herbe qui le recouvrait. Vous avez éliminé les racines pour que l’herbe ne repousse pas. Et vous en avez fait un petit tas.
  • Vous avez fait un tas avec la terre du dessus, qui a des particularités nutritives.
  • Vous avez fait un tas avec la terre du dessous, qui a d’autres particularité nutritives
  • Vous répartissez les vers de terre dans vos tas pour que la terre soit encore meilleure

L’air béat de celle qui a accompli sa tâche, vous admirez votre trou. Il est si beau ! Si équilibré ! Si hospitalier !

Oui, vous venez de faire un trou de plantation !

C’est complètement fou. Vous avez agi dans un état second. Avez-vous été troueuse de trou dans une vie antérieure? C’est pas un métier ! Ou tout simplement jardinière ?

Mais qu’allez-vous planter dans ce grand trou? Un arbre, forcément, vu la taille du trou… Oui mais quoi ? Et si vous plantiez un arbre fruitier? Hein? Un arbre qui communique avec l’univers et qui vous nourrit de ses bienfaits?

Oh ! La bonne idée….

1 commentaire

Laisser un commentaire

Et si vous appreniez à faire un jardin?

Et si vous ne voulez pas lire sous le soleil, mais plutôt faire des tas de trucs avec des pelles et des sécateurs, alors vous trouverez tout au long de ce blog des conseils et des astuces. Et vous pourrez vous faire un paysage bien à vous caréné sur mesure. Un vrai jardin quoi. Mais le vôtre!

Vous pourrez même lire au soleil

Sur ce blog vous trouverez des tas de livres sur le jardin. Histoire de ne rien faire et de laisser les herbes pousser tranquille. Vous verrez, un jardin c'est aussi fait pour ça. Bon. Mais comme le truc c'est quand même de faire un jardin, les livres vous donneront plein d'idées!
Lire les articles précédents :
planter un arbre
Planter un arbre : oups!

Vous croyez que ça n'arrive qu'à vous? Moi aussi j'ai été prise par la folie de planter un arbre. Ca...

Fermer